LFL 2021 : Vitality.Bee, l’expérience encadre la jeunesse

Pour cette saison de LFL, Vitality.Bee a totalement renouvelé son effectif. Néo et Duke l’ont répété à plusieurs reprises, l’objectif de l’équipe n’est pas de remporter la LFL mais plutôt de développer les joueurs qui la composent. En constituant ce roster, ils ont cherché à créer une équipe capable de donner du fil à retordre à leur line-up de LEC lors des entrainements. L’entrainer en chef de Vitality a d’ailleurs jugé cette équipe très mature et a admis qu’elle a notamment été construite pour faire évoluer Diplex. Il parait donc complexe de jauger le niveau de performance que l’on peut attendre de cette équipe mais l’effectif apparait de très bonne qualité et largement capable de très bien performer cette année.

TOPLANE : Milosz « Raven » Domagalski

Raven sera l’un des joueurs que je vais découvrir cette saison. Il joue professionnellement depuis plusieurs saisons et a fais ses armes en Pologne, en Italie, au Royaume-Uni et dernièrement en Espagne ou il a atteint les playoffs de LVP la saison dernière avec la Team Queso. Il prend la place de Yoppa, ce qui a beaucoup surpris dans la communauté francophone. Relativement inconnu et n’ayant jamais brillé dans une des ligues ou il s’est aventuré, son recrutement est pour le moment un véritable mystère. Néanmoins, il a été signé à la suite d’un tryout et il doit très probablement disposer de très bonnes qualités de jeu.

JUNGLE : Jonas « Memento » Elmarghichi

Après 6 années de carrières, Memento va découvrir la scène francophone pour la première fois. L’ancien joueur de LEC (chez Giants, Roccat et Schalke 04) sort d’une saison compliquée chez ad hoc gaming ou la sauce n’a jamais pris entre les membres du roster. Légèrement en perte de vitesse depuis son remplacement dans l’équipe LEC de Schalke 04, il voudra profiter du défi proposé par la LFL pour redonner de l’élan à sa carrière. Néanmoins, il reste une valeur sûre, surtout à ce niveau de jeu. Il pourra faire profiter l’équipe de son expérience. La méta ne semble pas pleinement lui convenir non plus et il a souvent paru en difficulté dès qu’il était privé de son Graves la saison dernière, à voir si il saura trouver de nouveaux champions sur lesquels il saura être à l’aise.

MIDLANE : Dimitri « Diplex » Ponomarev

Encore peu connu du grand public du fait de se jeunesse, Diplex est en revanche un nom réputé de solo queue. Monstre de mécanique au potentiel exceptionnel, il fait partie des joueurs qui feront la scène européenne de demain à n’en pas douter. Il n’a encore que peu d’expérience et sort de sa première saison en Prime League. Il y à peu à dire sur lui pour le moment mais il y à forte à parier que Diplex est un nom qu’il ne faudra pas oublier. A 16 ans, il va déjà découvrir le haut niveau et commencer sa progression.

BOTLANE : Ludvig Erik Hugo « SMILEY » Granquist

Vitality Bee a fais le choix de la solidité en botlane en recrutant la paire suédoise de Gamers Origin, fraîchement vainqueur de la LFL en 2020. Une nouvelle ligne sur le palmarès de SMILEY qui avait déjà remporté la ligue espagnole ainsi que la ligue anglaise. En terme de niveau de jeu, il sort probablement de sa meilleure saison à date. Son association avec HustlinbeasT est plus que bien rodée désormais et les deux joueurs ont dominé la botlane la saison passée. Le niveau de la ligue a drastiquement augmenté lors de l’intersaison et cette année constituera un vrai test pour lui, il y a peut être une place en LEC à la clé s’il parvient à maintenir son niveau de domination.

SUPPORT : Morgan « HustlinbeasT » Granberg

Avant de poser ses valises en France en 2018, HutslinbeasT a connu la grande ligue européenne, avec Giants Gaming en 2016 et 2017. Son association avec SMILEY est très fructueuse et il aura à coeur de continuer à dominer la scène francophone cette saison. Agé de 25 ans, ses meilleures années sur la faille sont peut être derrières lui mais il continue de prouver qu’il a sa place à un poste qui est encore grandement dominé par des vétérans. Très solide sur son réputé Nautilus et sa Leona, c’est un joueur actif qui aime créer du jeu. Son expérience aura probablement beaucoup d’importances dans la dynamique de l’équipe.

OPINION : Le roster est de qualité. Le trio jungle, botlane, support est expérimenté et les joueurs feront probablement partis des meilleurs à leurs postes. Néanmoins, ce ne sera probablement pas suffisant au vu du niveau de la LFL cette saison et les résultats de l’équipe dépendront énormément des performances de Raven et de Diplex. Si ce dernier s’adapte vite et confirme toutes les espoirs qui sont placés en lui, ce roster est un très sérieux prétendant à la victoire finale. Il reste le facteur « ambition de la structure » qui est toujours en suspens. Même si les dirigeants de Vitality ont déclaré se désintéresser totalement des résultats, ce ne sera probablement pas le cas des joueurs qui feront tout pour briller. Au final, on regarde assurément un roster de playoffs voir plus.

Olivier « Luffy » Hay : le pionnier

Joueur français historique de la licence Street Fighter, Olivier « Luffy » Hay a besoin du soutien de la communauté française afin d’être le dernier appelé pour la Capcom Cup 2020. Une récompense qui semblerait méritée pour le joueur Gamers Origin, plus de dix ans après son apparition dans le monde de l’e-sport.

Olivier « Luffy » Hay, joueur de l’équipe GamersOrigin.

Street Fighter n’est pas la licence la plus populaire en Europe, comme beaucoup de jeux de combats, la majorité de ces fans se trouvent aux Etats-Unis ou bien au Japon. Néanmoins, elle dispose d’une communauté très soudée en France, disposée à faire vivre le jeu.

Luffy porte le poids de son histoire, il est le premier joueur français et européen à s’être exporté avec succès sur le jeu en réalisant ce que beaucoup pensaient être impossible, remporter l’EVO en 2014. La portée de cet exploit ne peut être minimisé. Non seulement Luffy devient alors le premier européen à s’imposer sur Street Fighter mais il rentre dans une catégorie très restreinte de joueurs non asiatiques et non américains à s’imposer lors du plus grand évènement de l’année, tout jeux de combats confondus. Si cette victoire est probablement le plus grand exploit de sa carrière, elle ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt de régularité dont a fais preuve le français. Il s’est maintenu et se maintient parmi les meilleurs depuis cette victoire et même si il a connu quelques bas, il a toujours su rebondir. Une régularité exemplaire donc.

Luffy est la figure historique des jeux de combats en France. Si aujourd’hui il partage les espoirs tricolores avec d’autres joueurs sur d’autres jeux tels que Glutonny sur Smash, Super Akouma sur Tekken ou encore Skyll sur Soul Calibur, il ne faut pas oublier qu’il a été le premier français à s’imposer comme une référence du genre.

Même s’il est indéniable que ses résultats sur Street Fighter V sont moins bons que sur l’opus précédent, Luffy fait toujours parti des meilleurs joueurs de la licence, il en est certainement l’un des représentants les plus emblématiques. D’autant que Luffy peut encore gagner, son désir de succès est toujours ardent et il a le niveau pour concourir avec les meilleurs comme il l’a démontré la saison passée.

Luffy a ouvert la voie pour les joueurs de jeux de combat. Il a montré à tout ceux qui en doutaient que la victoire était une possibilité. Aujourd’hui, il est temps pour la communauté de le lui rendre, il a mon vote en tout cas.