LFL 2021 : LDLC OL le choc générationnel de la francophonie

LDLC OL a sorti l’artillerie lourde cette saison. Encadré par le légendaire sOAZ, la formation lyonnaise enregistre les retours d’Eika et de Dan Dan ainsi que l’arrivée de Manaty, joueur prometteur en provenance de Solary. La botlane est inchangée et l’effectif apparait comme un compromis entre des joueurs expérimentés et une jeunesse rafraichissante. Habitué à jouer les premiers rôles, LDLC OL ne devrait pas faire exception cette saison et devrait faire partie des toutes meilleures équipes de la LFL. Dan Dan et Eika auront probablement à coeur de revenir en force, les deux joueurs ayant vécus une saison 2020 compliquée. LDLC OL, privé de titre final pour la première fois depuis la création de la LFL devra également rebondir. L’effectif est bâti dans ce but et chaque joueur fait probablement parti des meilleurs à son poste.

TOPLANE : Danny « Dan Dan » Le Comte

Le plus français des espagnols fait son retour chez LDLC OL, équipe avec laquelle il avait joué sur le circuit français en 2018. Il ressort de deux saisons chez Misfits Gaming ou il a effectué la transition entre l’équipe académique et l’équipe première. Si il a connu quelques très bons moments, il a toujours semblé peu impactant et parfois même en difficulté. Il s’inscrit dans la moyenne des toplaners de LEC qui est un poste que l’on sait peu pourvu en joueurs de très bonnes qualités. Néanmoins, il est surprenant qu’il n’est pas retrouvé une place dans une ligue qui verra évoluer WhiteKnight, Kryze ou encore Jenax sur le sommet de la carte. Une belle aubaine pour LDLC OL qui récupère un joueur largement supérieur au niveau des ligues régionales et qui dispose d’une grande expérience.

JUNGLE : Stéphane « Manaty » Dimier

Personnalité appréciée de la communauté francophone, Manaty a marqué la saison passée par ses prouesses en solo queue et sa personnalité attachante. Dans le jeu, il a connu de bon et du moins bon, parfois capable de prendre le jeu à son compte, il s’est aussi retrouvé plusieurs fois en difficulté. Il semble avoir eu un peu de mal à s’adapter à la méta et il a semblé hésitant par moment. On peut mettre ses erreurs sur le compte de l’inexpérience car le potentiel est là. Être entouré de coéquipiers si expérimentés lui fera sûrement beaucoup de bien, il partagera la faille avec trois joueurs ayant déjà connus le plus haut niveau et sera encadré par l’un des touts meilleurs joueurs de l’histoire européenne. Une situation particulièrement avantageuse pour lui qui veut engranger de l’expérience et connaitre un jour le plus haut niveau, il y à fort à parier que les plus beaux jours de la manateam sont encore à venir.

MIDLANE : Jérémy « Eika » Valdenaire

Eika fait son grand retour chez LDLC OL ou il a passé trois saisons de début 2017 à fin 2019. Il a connu quelques mésaventures en LCS avec Immortals ou sa saison s’est très mal passé, l’équipe n’a jamais semblé au niveau et ses performances individuelles auront laissé à désirer. Mais Eika revient dans la ligue française qu’il a tant dominé par le passé avec l’esprit revanchard prêt à rappeler à tous quel est son réel niveau. Il retrouve d’anciens coéquipiers et coach et fera probablement profiter les plus jeunes de son immense expérience lui qui est un vétéran de la scène compétitive. Lors de son dernier passage en LFL, on sait qu’il avait beaucou profité de l’alchimie entre Djoko et Steelback, il s’agira de voir comment il se débrouille dans un roster en reconstruction.

BOTLANE : Thomas « Exakick » Foucou

A seulement 17 ans, Exakick est un des plus gros espoirs de la scène européenne. Propulsé dans le grand bain la saison passée, son association avec un joueur du calibre de YellOwStaR semble avoir grandement facilité son entrée sur le circuit professionnel. Pour sa première saison, il a déjà finis sur le podium de la LFL et des European Masters en réalisant des prestations plus que convaincantes. Il faudra probablement compter sur lui pour les saisons à venir tant sa trajectoire vers les LEC semble toute tracée. Pour cette saison, il voudra probablement continuer sa progression et commencer à engranger des succès probants. Tout comme Manaty, être entouré de joueurs d’expérience qui pourront le guider et le faire progresser sera probablement primordiale dans son développement.

SUPPORT : Bora « YellOwStaR » Kim

On ne présente plus YellOwStaR, l’ancien support de Fnatic qui a tout gagné en Europe et connu de grandes performances internationales était devenu coach de LDLC avant de faire son retour sur la faille et de tout remporter avec cette même équipe. Présent depuis les prémices de la scène compétitive, il fait parti des tout dernier joueurs de son ère à être encore en activité. Son retour sur la faille avait confirmé qu’il avait toujours de grandes qualités de jeu et il est réputé pour servir de mentor aux jeunes avec lesquels il joue. Très proactif et dynamique sur la carte, le succès de LDLC OL dépendra probablement de son association avec son jungle Manaty pour créer des avantages pour ses coéquipiers.

OPINION : Ce roster ressemble un peu à une masterclass, des joueurs de très grandes qualités coachés par le joueur français le plus emblématique de l’histoire du jeu, cela ressemble au début d’une belle idylle. LDLC OL semble poursuivre sa volonté de formation de jeunes joueurs, l’organisation a déjà propulsé Vetheo et TynX ver les LEC pour cette nouvelle saison. A n’en pas douter, l’équipe devrait se battre pour jouer les premièrs rôles cette année encore car elle possède des individualités impressionnantes. Le seul point d’interrogation à mes yeux et l’incorporation de Manaty dans le système de jeu de l’équipe, lui qui devra faire attention aux quelques moments d’égarements donc il semble parfois coutumier. LDLC OL est probablement l’équipe sur laquelle je mise pour remporter la saison et devrait garantir un podium à minima.

LEC 2021 : Misfits Gaming compte sur Kobbe

Après un Summer Split en demi-teinte qui n’a pas confirmé les promesses du début de saison, Misfits Gaming a rafraichi son roster. Construit autour de Razork et de Kobbe, cette nouvelle line-up fait le pari de la jeunesse en toplane et en midlane tout en s’appuyant sur un support vétéran. Pourtant plein de promesses en début de saison, le jungle espagnol de Misfits a semblé en difficulté par la suite cela n’a pas empêché son organisation de lui renouveler sa confiance pour cette saison à venir. L’objectif de l’équipe est sûrement de retrouver les playoffs et pourquoi pas d’accrocher une qualification pour les Worlds. Misfits a la particularité de compter un joueur francophone en la personne de son midlaner Vetheo qui débarque fraichement de LDLC OL.

TOPLANE : Shin « HiRit » Tae-min

Il y à toujours une incertitude sur qui sera le toplaner qui entamera la saison de LEC entre HiRit et Agressivo. Néanmoins, les rumeurs les plus tenaces semblent pencher vers le jeune coréen. Celui qui a remporté la LFL avec LDLC OL et la TCL avec Fenerbahçe fera ses débuts dans la ligue européenne. Lors de son passage chez LDLC OL il semblait en difficulté par moment, notamment lors des European Masters ou il n’a jamais su prendre la mesure de son opposition. Son séjour en Turquie aura été nettement plus probant, il a grandement progressé et s’est affirmé comme l’un des meilleurs toplaner de la ligue. Les rumeurs annoncant qu’il débutera à la place d’Agressivo ont de quoi surprendre tant le polonais avait été dominant la saison passée avec l’équipe académique de Misfits qu’il semble condamner à retrouver cette saison. Les performances d’HiRit la saison passée ont souvent été dominatrices mais complexe à juger dans leurs intégralités tant Fenerbahçe a roulé sur le Winter Split auquel HiRit a pris part. Il ne joue pas énormément de tanks que l’on sait souvent de mise en LEC sur la toplane et son champion pool semble plutôt indiquer qu’il est un joueur jouant le strong side. Peut être que sa titularisation est une indication de la façon avec laquelle Misfits a prévu de jouer cette saison.

JUNGLE : Ivan « Razork » Martin Diaz

Razork a connu une entrée en matière sensationnelle la saison passée. Elu meilleur rookie du Spring split, ses performances se sont quelques peu essoufflées à l’image de celles de son équipe. Il retrouvait denyk avec lequel il avait passé du temps en Espagne et l’alchimie entre les deux a fais des ravages, néanmoins, leurs efficacités s’est tassée avec le temps et denyk a même perdu sa place de titulaire. Malheureusement, il semble avoir subi de plein fouet le changement de méta. Lui qui avait brillé sur des jungles plus orientés tank au début de saison a eu quelques difficultés à s’adapter par la suite. Il semblait un peu trop jeune pour que les clés du jeu lui soient confiées mais la marge de progression est phénoménale. C’est sûrement pour cette raison qu’il a été conservé à l’intersaison.

MIDLANE : Vincent « Vetheo » Berrié

Un français de plus au plus haut niveau Européen ! Vetheo continue sa progression fulgurante entamée il y à moins de deux ans. Il a traversé les échelons de la scène française jusqu’à remporter les European Masters avec LDLC OL la saison dernière. A seulement 18 ans, il s’apprête donc à découvrir les LEC. Si il a été dominant la saison passée, il est encore très inexpérimenté et aura probablement besoin de temps pour s’acclimater au plus haut niveau. C’est un pari sur l’avenir qu’effectue Misfits Gaming au vu du potentiel du jeune français. On espère pour lui que cette promotion n’est pas prématurée et qu’il ne va pas se cramer les ailes. La présence d’HiRit et celle de Kobbe semble indiquer qu’il ne sera peut être pas au centre du jeu chez Misfits, une chance pour lui de faire ses débuts avec moins de pressions sur les épaules.

BOTLANE : Kasper « Kobbe » Kobberup

La pression, c’est Kobbe quoi doit probablement la ressentir. Arrivé en milieu de saison dernière, il n’a pas réussi à porter l’équipe et n’a pas brillé au niveau qu’on attendait de lui. Il a néanmoins connu une saison difficile émotionnellement au vu de sa situation chez TSM et de son rapatriement en Europe rendu compliqué par la situation sanitaire. Il n’était pas dans de bonnes dispositions et ses performances sur la faille s’en sont ressenties. Mais désormais, il n’a pas le droit à l’erreur, lui qui était considéré comme l’un des meilleures joueurs à son poste lorsqu’il était chez Splyce se doit d’être l’homme fort de son équipe. Beaucoup de pressions sur ses épaules mais il a prouvé par le passé qu’il était capable de grandes choses. Un nouveau support lui est associé pour cette saison ou il aura probablement à coeur de faire taire les critiques émises à son égard.

SUPPORT :Oskar « Vander » Bogdan

Misfits Gaming a fait le choix d’un support vétéran en la personne de Vander. Il sort d’une saison plus que satisfaisante chez Rogue et son remplacement en a surpris plus d’un. Il faut dire qu’il est un des joueurs les plus âgés encore en activité et qu’investir sur lui n’est pas vraiment un pari d’avenir. Il sort d’une saison plus que bonne ou il a brillé au coté de Hans Sama. Très présent dans le jeu et à l’initiative de beaucoup de mouvements sur la carte, il a également une réputation de shotcall et de fort leadership en game. C’est un véritable capitaine de route qui débarque chez Misfits Gaming ou il apportera une expérience nécessaire pour encadrer un jeune roster. Son association avec Kobbe est prometteuse et il y à fort à parier qu’une bonne partie du jeu de Misfits sera dirigée vers cette botlane.

OPINION : Je prévois une saison compliquée pour Misfits, le roster est très jeune et beaucoup de pression se trouve sur les épaules de Kobbe qui n’a été que l’ombre de lui même la saison passée. La présence de joueurs inexpérimentés laisse entrevoir un projet à long terme pour l’organisation qui veut peut être capitaliser sur le talent de ses joueurs sur plusieurs saisons. La mise en route sera néanmoins compliqué car il me semble qu’HiRit ne va pas passer de très bons moments en LEC. Vetheo est une inconnue également, le joueur est très jeune et très peu expérimenté, il me tarde de voir ou il se situe dans la hiérarchie de la midlane mais la possibilité existe qu’il s’écroule totalement même si on ne lui souhaite pas. Pour moi, l’équipe n’est pas encore assez mature pour jouer les playoffs et fera probablement partie du grupetto sauf si Razork retrouve son niveau du Spring Split 2020 et que Kobbe retrouve son niveau de 2019.

LEC 2021 : Fnatic doit se réinventer

L’intersaison a été mouvementé pour Fnatic. L’organisation a du encaisser le départ de son joueur historique Rekkles et a écarté son midlaner Nemesis sous le feu de critiques après une campagne décevante aux Worlds. L’équipe la plus emblématique de la scène européenne s’appuiera notamment sur son jungler Selfmade, réputé comme le meilleur jungler carry de la ligue. Les recrutements de Nisqy et Upset n’ont pas pleinement satisfait les fans qui attendent l’équipe au tournant. C’est une saison importante pour l’écurie qui n’a pas gouté à la victoire depuis 2018 et la prise de pouvoir de G2 Esports. Ses fans s’impatientent et souhaitent revoir Fnatic au sommet de l’Europe, un tâche qui s’annonce complexe.

TOPLANE : Gabriël « Bwipo » Rau

Fnatic a choisi de conserver son toplaner pour cette saison de LEC. Il reste une garantie solide dans la toplane qui est probablement le poste le moins bien pourvu d’Europe. Néanmoins, Bwipo connait des travers gigantesque par moment, des véritables trous qui rendent son rendement incertain. On l’a notamment vu en difficulté contre Wunder qui semble avoir pris la mesure sur lui. On le sait très ouvert sur les difficultés stylistiques de Fnatic et sur les conflits internes qui peuvent tronquer les performances de son équipe. Il est souvent en désaccord sur la façon de joueur de son équipe et a plusieurs fois exprimé son souhait de voir le jeu tourner un peu plus autour de lui ce qui paraissait complexe du temps ou Rekkles faisais partie de l’équipe. Si il semblerait que ce roster de Fnatic ait été construis pour donner un maximum de ressources à Selfmade, il pourrait être bénéficiaire de l’arrivée de Nisqy qui a un gameplay plus altruiste que son prédécesseur.

JUNGLE : Oskar « Selfmade » Boderek

La réputation de Selfmade s’est bâtie en un temps record. En seulement deux saisons, le polonais s’est imposé comme l’un des tout meilleurs de la ligue, voir le meilleur lorsque la méta est orientée vers des jungler carry. Tout au long de la saison passée et jusqu’au Worlds, Selfmade a grandement convaincu. Amis en dehors de la faille, Nemesis et lui n’ont malheureusement jamais su retrouver l’alchimie qu’ils ont un jour partagé chez Mad Lions. Il semblerait que Nisqy ait été recruté pour le mettre dans les meilleures dispositions possibles ce qui témoigne d’une grande confiance de la part de l’organisation. Selfmade le sait, il sera scruté par les fans de Fnatic cette saison qui attendent beaucoup de lui. Il possède des qualités individuelles indéniable et son sens du jeu ne connait que très peu d’égal en Europe. A lui de prouver que la confiance accordée n’est pas usurpée.

MIDLANE : Yasin « Nisqy » Dinçer

Son arrivée aura fait couler beaucoup d’encres. Les fans de Fnatic ont espéré voir Perkz porter le maillot noir et orange mais devront se contenter de Nisqy. Un choix qui a déplu à un grand nombre de la communauté mais qui apparait, à mes yeux, comme un choix judicieux. Nisqy revient des LCS ou il a remporté le titre régionale avec Cloud9, il est réputé pour sa capacité à faire briller son jungle. Son style de jeu correspond au style que Fnatic a voulu imposer à Nemesis. Il est, à mon sens, une grande amélioration pour la line-up, sa capacité à jouer avec très peu de ressources et sa proactivité naturelle feront de lui un élément précieux pour l’équipe. Dans une équipe qui a connu des difficultés de cohésion les saisons passées, il sera un bon atout tant il semble prêt à se sacrifier pour le bien de son équipe.

BOTLANE : Elias « Upset » Lipp

Après le départ de Rekkles, beaucoup de noms ont circulé et ceux qui revenaient le plus étaient Upset et Crownshot. Il semblerait que le dernier mot soit revenu à Hylissang qui a choisi le joueur allemand pour l’accompagner en botlane. Upset est le joueur du roster sur lequel j’émettrais le plus de réserve. Son talent individuel est indéniable mais il semble en difficulté lorsqu’il s’agit de carry son équipe. Les derniers rosters dont il a été membre ont été construits pour lui et malgré des coéquipiers de qualité il n’a jamais su transformer l’essai. Il est probablement le joueur européen le mieux estimé à n’avoir jamais été aux Worlds. Néanmoins, il semblerait que pour une fois le jeu ne tourne pas autour de lui et au coté d’un des meilleurs supports de la ligue, il est dans les meilleures dispositions pour effectuer une grosse saison. Avec peut être moins de pressions sur ses épaules, il faudra voir si la sauce prend bien avec son collègue bulgare.

SUPPORT : Zdravets « Hylissang » Iliev Galabov

Hylissang est la plus grande satisfaction de la campagne des Worlds de Fnatic. Parfois décrié durant la saison régulière pour sa propension à int, il a effectué des Worlds flamboyants. MikyX et lui sont les deux meilleurs supports d’Europe, les deux seuls qui ont une réputation mondiale mais les deux vont changer d’ADC. Si MikyX a montré qu’il pouvait jongler entre différents ADC aux styles bien disparates, cela reste à prouver pour Hylissang qui devra prouver qu’il était la moitié forte de son binôme avec Rekkles. C’est une saison charnière pour lui dans sa carrière, il lui appartient de confirmer tout le bien que la communauté pense de lui.

OPINION : Fnatic devrait probablement réussir à performer à la hauteur de la saison passée. La lineup est globalement à un niveau similaire de celle de 2020 et l’organisation reste probablement la deuxième meilleure équipe de la ligue. Néanmoins, j’ai du mal à imaginer cette formation surpasser G2 Esports, je crois qu’exception faite de la jungle, G2 Esports dispose de meilleures individualités à tout les postes et leur sens du collectif est sans pareil en Europe. Je crois fermement que Nisqy fera taire les critiques émises à son égard, sans être flamboyant mais son apport au collectif devrait tout de même se faire ressentir. Ma plus grosse interrogation reste Upset en qui j’ai une confiance mitigée, c’est un joueur qui a été énormément vendu par les casteurs et journalistes mais dont le bilan laisse penser qu’il est légèrement surcoté pour le moment. Il faudra voir si la compagnie d’un support d’un telle qualité lui permettra finalement de devenir le joueur que tout le monde prétend qu’il est. En ce qui concerne le reste de l’équipe, Selfmade va prendre une tout autre carrure cette saison, il semblerait que les clés de l’équipe lui seront confiées et si son temps chez SK Gaming est un indicateur fiable de sa capacité à porter une équipe, tout devrait bien se passer pour lui. Bwipo est une valeur sûre mais il commence à manquer de matchs de haut niveau de référence, à lui de montrer qu’il est toujours capable de faire des différences en toplane et qu’il n’est pas juste un facteur neutre. Je vois Fnatic échouer en finale des playoffs comme lors des deux dernières saisons.

LFL 2021 : Izi Dream veut continuer sa percée

Très bonne surprise de 2020, Izi Dream s’est bien rattrapé après un début de saison désastreux. L’équipe était arrivé un roster plus cohérent au Summer Split, disposant de meilleures individualités et les résultats s’étaient fait ressentir, une qualification pour les playoffs et une élimination contre LDLC OL au bout d’un BO5 haletant. Cette saison, Izi Dream a conservé son duo suédois Viking et Backlund et a recruté de nouveaux joueurs se renforçant globalement. La synergie entre son jungle et son midlaner avait éclaboussé la ligue française la saison passée et c’est logique que l’équipe ait tout fais pour les conserver, notamment Viking, véritable découverte de 2020. L’équipe sudiste a recruté jusqu’en Océanie cette saison et compte bien passer un nouveau palier.

TOPLANE : Brian « Bando » Ferrando

Petit à petit, Bando comment à engranger beaucoup d’expériences. Celui qui a déjà remporté les ligues suisses, anglaises, plusieurs saisons régulières de LFL et les European Masters semble à la frontière entre le niveau régional et les LEC. A l’issu d’une saison bien remplie chez LDLC OL, il se lance un nouveau défi chez Izi Dream. Bando sera probablement l’un des toplaners les plus redoutable de la ligue, il l’a toujours été, malgré quelques mauvaises habitudes de int qui refont surfaces par moment, il reste un joueur très solide, largement dans le top tier à son poste dans la ligue. Cela étant, son niveau n’est probablement pas grandement supérieur à celui d’Eyliph qu’il remplace, c’est un bon toplaner qui prend la place d’un autre mais Bando a l’avantage d’offrir un peu plus d’autonomie et de jouer le weakside un poil plus efficacement.

JUNGLE : Anton « Viking » Andersson

Viking est une des belles surprises de 2020, arrivé d’Allemagne avec son compère Backlund, il a immédiatement conquis les fans de la LFL à l’intérieur et à l’extérieur de la faille. Véritable « Monsieur muscle » de la ligue française, il a sorti les gros bras toute la saison avec des performances marquantes sur Volibear ou Rek’Sai. Le binôme qu’il forme avec Backlund s’est montré très efficace. S’il n’a pas été le meilleur jungle de la saison passée, il n’a presque jamais eu de performances catastrophiques et offre un niveau de performance garanti. Dans une méta qui renforce la prédominance du rôle de jungle, Izi Dream lui a renouvelé sa confiance pour porter haut leurs couleurs lors de cette nouvelle saison. A 23 ans, il est l’und es membres les plus expérimenté de l’équipe et on sait l’importance de son leadership dans le bon fonctionnement d’Izi Dream.

MIDLANE : Jonathan « Backlund » Bäcklund

Backlund est l’autre joueur à avoir conservé son poste lors de l’intersaison. Celui qui a connu les ligues russes, turques et allemande continue son bout de chemin dans l’hexagone. Après une première saison réussie collectivement, il rempile chez Izi Dream dans l’optique d’obtenir des résultats encore plus probants. Il a montré qu’il était capable de prouesses individuelles et a mis en lumière l’étendu de son champion pool. Très à l’aise sur la quasi totalité des champions méta il n’est jamais apparu comme un poids pour son équipe, au contraire, même dans la défaite il a presque toujours été un élément satisfaisant (on occultera une odieux partie de jeu contre Gamers Origin au Summer Split ou toucouille avait pris le dessus sur lui). Arrivé au milieu de la saison dernière, il a immédiatement été bénéfique à l’équipe tout comme Viking, on attend de voir à quel point il pourra progresser cette saison contre une adversité toujours plus rude.

BOTLANE : Manuel « Seelame » Guillou Delair

Seelame a été recruté à l’intersaison en lieu et place de Toaster et en provenance de GameWard ou il sera probablement remplacé par le suédois Ellam (anciennement Hades). Le jeune joueur français sort d’une très grosse saison ou son équipe n’a perdu qu’en finale des playoffs contre Gamers Origin. Si son équipe a bien performé, il n’en a pas toujours été la raison car GameWard jouait énormément autour de son toplaner SALUT A TOUS. Manquant parfois de ressources, il a toujours fais au mieux et s’est néanmoins imposé comme un très bon ADC. Sa croissance est linéaire et il faudra voir si cette saison lui permettra de confirmer de nouveau ses progrès.

SUPPORT : Jake « Rogue » Sharwood

Rogue est la grande inconnue de ce roster. Arrivé en provenance de l’OPL, le joueur Australien jouit d’une bonne réputation dans sa ligue natale qu’il a déjà remporté en 2019 ce qui lui a valu une apparition au MSI. FBI (joueur de 100 Thieves) le tient en haute estime. Hormis son bilan immaculé sur Tresh et Bard et sa tendance à joueur Braum, il reste encore beaucoup de points à éclaircir sur ce joueur.

OPINION : Izi Dream apparait sur le papier comme une équipe de milieu de tableau, elle devrait se battre pour jouer les playoffs. Néanmoins, il y à beaucoup de potentiels dans cette équipe, si Bando joue à son meilleur niveau, il y à largement la place pour accrocher les premières places de la ligue. Cela dépendra également de la capacité à Rogue de s’adapter et de son niveau de jeu qui reste une incertitude. Néanmoins, Izi Dream a conservé son support de la saison passée Nolan comme remplaçant, signe que l’incertitude est peut être de mise chez les Aixois. Je suis plutôt optimiste pour ce roster, qui est composé de joueurs de qualités individuelles et d’expériences et qui a les moyens d’accrocher à minima les playoffs.

LFL 2021 : Solary joue la carte de l’expérience

Solary s’appuiera sur un roster globalement expérimenté pour cette saison de LFL. Son effectif a été totalement remanié pour ce nouvel exercice de la ligue française et verra le retour de l’association de Steelback avec Djoko. La qualité globale de l’équipe s’est grandement améliorée et accrocher enfin les playoffs semblent n’être que le début des ambitions de la formation tourangelle.

TOPLANE : Cédric « Eyliph » Robert

Eyliph sort d’une belle saison avec Izi Dream, passé par les playoffs le jeune toplaner est une des belles surprises de 2020. Ses performances solides et régulières ont fait de lui l’un des meilleurs toplaners de la division. Néanmoins, il reste le joueur le moins expérimenté de l’effectif avec seulement un split passé à ce niveau de compétition. Abonné au tank la saison passée, il faudra voir si la stratégie de Solary lui permettra de se dévoiler sur des champions plus prompt au beau jeu, on sait que sa Fiora ou son Mordekaiser peuvent être redoutable. Il rejoint une équipe pleine de joueurs d’expérience qui sauront probablement le mettre dans les meilleures dispositions.

JUNGLE : Charly « Djoko » Guillard

Djoko sort d’une saison pour le moins compliqué avec Team MCES. En panne d’inspiration et de créativité, le roster n’a pas su trouver sa synergie et les résultats s’en sont ressentis. Dans tout ça, Djoko a paru aussi mal en point que ses coéquipiers. Mais, le joueur nîmois est un habitué de la scène francophone qu’il a tant dominé par le passé. Il a énormément d’expérience au haut niveau du fait de ces saisons passées à joueur en LEC chez Vitality et Giants Gaming. De plus, sa réunion avec son compère de toujours Steelback n’annonce que du bon au vu des souvenirs qu’ils ont laissé à leurs adversaires lors de leurs passages chez LDLC. Il aura probablement à cœur de faire oublier la parenthèse MCES en montrant à la jeune garde de la jungle qu’il est toujours le roi en ses terres.

MIDLANE : Marcel « Scarlet » Wiederhofer

Certains se souviendront de Scarlet pour son passage chez Millenium ou il avait écumé les lans françaises sans réellement trouver beaucoup de succès. Entre temps, l’autrichien s’est exilé aux Etats-Unis ou il a pu gouter aux joies de la LCS en y connaissant un succès modéré. Il sorte d’une saison en ligue allemande ou il a atteint les playoffs avec EURONICS Gaming avant de se faire éliminer par l’éventuel vainqueur mousesports. Il est très réputé pour son Vel’Koz. Chez Solary, il retrouve Asza, son coéquipier de la saison passée avec lequel l’alchimie était évidente pendant la Prime League.

BOTLANE : Patrick « Asza » Jacobs

Asza est le joueur que je connais le moins bien. Il a écumé les compétitions de son Pays-Bas natal avant de s’installer durablement en ligue allemande. IL y à connu beaucoup de succès, la remportant en 2019 avant d’atteindre les demi-finales des European Masters. La saison passée, il jouait donc aux cotés de Scarlet chez EURONICS Gaming. Son recrutement au coté de son ancien coéquipier en dit long sur la stratégie de Solary de s’appuyer sur un synergie déjà en place et de construire son style de jeu autour. Asza ne semble pas particulièrement briller individuellement mais est un ADC solide et sur lequel on peut compter.

SUPPORT : Pierre « Steelback » Medjaldi

Voilà celui qui est considéré comme la pièce maitresse de Solary sur le papier. Steelback est un support de classe européenne qui a remporté la LEC par le passé. Ses performances ont toujours convaincu et ses apparitions en LEC la saison passée chez Vitality ont illustré qu’il était toujours au niveau. Il a bien sûr une longue histoire avec la ligue francophone qu’il a déjà remporté à plusieurs reprises. Il a joué plusieurs saisons en LEC et son binôme avec Djoko a déjà montré tout son potentiel par le passé. Véritable leader dans le jeu, à l’initiative de beaucoup de mouvements de son équipe, il y à forte à parier qu’il aura un rôle prédominant dans la stratégie de son équipe. Il est une valeur sûre de la scène et a toujours offert des performances de qualité même dans les moments difficiles de ses équipes.

OPINION : Solary a construis un roster autour de membres expérimentés qui ont déjà des affinités ensemble. Lors du live d’annonce de l’équipe, Steelback a expliqué que Djoko et lui voulaient joueur avec Scarlet et Asza depuis quelques temps déjà. Le travail de synergie et de découverte qui aurait dû être fais sera donc probablement facilité. Je pense que l’équipe devrait commencer fort notamment dû à leurs expériences et à leurs qualités individuelles. Si on se referre à leurs passifs chez LDLC, Djoko et Steelback devraient beaucoup jouer ensemble pour donner des avantages à leurs coéquipiers. « On joue le titre » n’est plus juste une phrase, ça apparait comme une réelle possibilité cette saison, si l’effectif fonctionne bien il dispose en tout cas d’individualités capables de joueur le très haut du tableau.

LEC 2021 : Schalke veut continuer l’idylle

Schalke 04, c’était l’histoire marquante de la fin de saison dernière. Le comeback de l’écurie allemande emmené par son charismatique jungle Erberk « Gilius » Demir a enthousiasmé les fans et pimenté la fin du split. L’improbable scénario proposé par Dylan Falco et ses hommes a fait de Schalke 04 l’une des équipes favorites de la communauté et de Gilius un meme absolu. Il faut dire qu’au côté d’Abbedagge notamment, le jungle a porté son équipe vers les playoffs et a incarné l’esprit rebelle et le refus d’abdiquer. Stoppé par MadLions dans sa chevauchée vers la qualifications aux Worlds, Schalke 04 compte bien profiter de cette saison pour rectifier le tir, avec un effectif un peu remanié qui a conservé ses bases.

TOPLANE : Sergen ‘Broken Blade » Çelik

Le joueur turc prend la place d’Odoamne en partance pour Rogue. Il sort de sa saison la plus aboutie en terme de résultat sportif qui l’aura vu remporter les LCS avec TSM. Même si on l’a vu en difficulté lors des Worlds par la suite, il s’est imposé en Amérique du Nord comme une valeur sûre sur la voie du haut. Tout comme son prédécesseur, c’est un habitué du weakside et son recrutement semble indiquer que Schalke 04 n’a pas l’intention de jouer via la toplane. Néanmoins, son style est nettement moins passif que celui auquel les fans de Schalke sont habitués, il prend plus de risque et meurt plus. Il lui faudra probablement canaliser son tempérament si il ne veut pas se faire punir. C’est néanmoins un joueur très talentueux avec un fort potentiel surtout qu’il est encore très jeune et a déjà beaucoup d’expérience.

JUNGLE : Erberk « Gilius » Demir

Après plusieurs saisons à errer d’équipes en équipes, Gilius semble enfin avoir trouvé sa maison. Lorsque l’équipe a eu besoin de lui la saison passée, il a répondu présent sur et en dehors de la faille. Ce n’est pas un secret qu’il était le motivateur de l’équipe et ses performances ont reflété cela. Mais cette saison, il devra faire ce qu’il n’a jamais réussi à faire, prouver dans la continuité. Gilius a toujours eu de bons moments, de bonnes périodes qui se sont souvent suivies d’une chute de son niveau de performances très conséquente. Cette saison une équipe lui a renouvelé sa confiance pour la première fois et il jouera avec un effectif de qualité. Celui qui avait été écarté par Vitality avant les Worlds a des raisons d’en rêver cette saison, à lui de ne pas retomber dans ses vieux travers.

MIDLANE : Felix « Abbedagge » Braun

Abbedagge est l’autre belle surprise de la saison dernière. Un peu en retrait en 2019, le midlaner allemand a mis la machine en marche en fin de saison dernière. Avec Gilius il est l’autre élément majeur de la percée de Schalke. Plus confiant, plus fringant, il a pris des risques et a grandement contribué au succès de son équipe. Pour beaucoup, il faisait partie des meilleurs joueurs à son poste de 2020 en Europe. Son Azir et sa Zoé ont fait des ravages, il a fait évoluer son style pour y inclure plus de proactivité et la paire qu’il forme avec son jungle est redoutable. S’il continue sur cette voie, il faudra garder un œil avisé sur lui, sa capacité à donner des avantages à son jungle et sa maitrise des teamfights en font un élément redoutable. Comme Gilius, il faudra faire attention au retour de bâton, une méforme est vite arrivée.

BOTLANE : Matúš « Neon » Jakubčík

Neon est, à mes yeux, la grande incertitude de cette équipe. La saison passée, il était très en retrait du reste de son équipe, peu priorisé par le style de jeu de Schalke. Il pouvait compter sur l’expérience et la solidité d’Ignar pour l’accompagner mais désormais, il se retrouve au coté d’un support talentueux mais qui a bien moins d’expérience. Néanmoins, les mésaventures qu’a connu Schalke en début de saison ont eu raison d’Innaxe (son concurrent au poste d’ADC) mais Kamito, le sixième homme de l’équipe, est aussi un ADC de formation. Même s’il est un vaste inconnu de la scène, c’est une pression supplémentaire sur les épaules du joueur slovaque que l’on sait friable mentalement. Il aura néanmoins montré de belles choses sur sa Senna et son Ezreal notamment, il faudra voir comment son association avec LIMIT influe sur son jeu.

SUPPORT : Dino « LIMIT » Tot

LIMIT est, pour moi, l’une des très bonnes pioches du mercato. Ses performances ont été quelques peu passées sous silence la saison passée car il jouait au coté de Crownshot qui a eu une saison exceptionnelle. On a moins parlé du croate, de sa solidité en lane et de sa capacité à prendre les bonnes décisions au bon moment. Chez SK Gaming, toute l’équipe était dédié à sa botlane et LIMIT a su ingérer la pression et mettre son ADC dans les meilleures dispositions. Son jeu est très proactif, il crée beaucoup d’espaces pour son midlaner et initie énormément d’escarmouche. Après une belle saison, il prend la place du vétéran Ignar et doit confirmer dans un effectif qui joue les playoffs. Je suis prêt à parier que c’est la saison ou LIMIT sortira de l’ombre et ou son talent sera reconnu à sa juste valeur.

OPINION : Sur le papier, l’équipe est belle. La dynamique de la saison dernière force à tendre vers l’optimisme pour Schalke 04. Néanmoins, le succès de l’écurie allemande est sujette à beaucoup d’interrogations, l’intégration de Broken Blade dans la dynamique collective ou la capacité de Gilius à affirmer ses progrès de la saison passée par exemple. Neon devra aussi prendre une place plus importante dans le jeu et affirmer son gameplay car sa passivité a pu faire défaut à Schalke par moment. Point positif pour Schalke, son équipe académique est de très bonne qualité et si Broken Blade et Gilius ne parviennent pas à maintenir leurs niveaux de jeu, Yoppa et Obsess ne rateront probablement pas l’occasion de briller. Néanmoins, je suis très optimiste sur la capacité du roster en tant que tel à bien fonctionner mais le niveau individuel des joueurs pourrait être un frein à la qualification pour les Worlds, on regarde ici un roster qui devrait joueur les playoffs mais pas beaucoup plus.

LEC 2021 : Excel Esports, autour de Patrik

Excel Esports a remplacé son midlaner et son jungle lors du mercato hivernal. L’équipe anglaise comptera de nouveau sur son joueur tchèque Patrik « Patrik » Jírů comme élément principal de sa formation. Il faudra une grosse performance de sa part pour permettre à son équipe d’accrocher les playoffs pour la première fois de son histoire.

TOPLANE : Felix « Kryze » Hellström

Arrivé en milieu de saison dernière, Kryze n’a pas vraiment marqué les esprits. Plongé dans le grand bain en provenance de la Prime League, il a beaucoup subi durant tout le Spring Split. Il n’a pas été aidé par les performances de son midlaner Special et de l’importance accordée à son équipe au bas de la carte. Il lui faudra probablement s’améliorer en weak side car Excel jouera probablement pour sa botlane de nouveau cette saison. Il va probablement devoir s’atteler à un année de solitude. Il lui faudra notamment gommer ses lacunes sur les ganks en early game qui lui ont énormément fais défaut en 2020.

JUNGLE : Daniel « Dan » Hockley

Nouvelle recrue pour Excel, l’anglais fera ses débuts en LEC, il aura la lourde tache de remplacer Caedrel qui a pris sa retraite à l’intersaison. Celui qui écume l’équipe académique de Fnatic depuis plusieurs saisons déjà devra prouver qu’il mérite l’opportunité européenne que Fnatic ne lui a jamais accordé. S’il est un rookie, Dan est un vétéran de la scène compétitive à laquelle il prend part depuis 2013. S’il jouit d’une réputation de bon team mate, il a toujours été considéré comme en deçà du niveau de jeu requis pour l’élite continentale. Ses performances aux European Masters en 2020 n’ont pas été des plus convaincantes et son recrutement a laissé énormément de fans songeurs. A lui de faire oublier ces aprioris.

MIDLANE : Pawel « Czekolad » Szczepanik

Deuxième recrue de l’écurie britannique et deuxième rookie. Czekolad débarque de la ligue Polonaise ou il a brillé avec AGO Rogue. Quatre joueurs de l’équipe polonaise on trouvé un foyer en LEC pour la saison 2021 et il en fait partie. Il jouit d’une très bonne réputation dans la communauté et il a pu exposer toutes ces prouesses mécaniques aux European Masters la saison passée. Il y à montré des performances impressionnantes, notamment sur Orianna avec laquelle il a roulé sur la compétition. Il était probablement le meilleur midlaner issu des ligues régionales la saison passée. C’est un joueur très proactif, qui ne passe pas beaucoup de temps en lane et cherche constamment des opportunités de mettre ces coéquipiers dans les meilleures dispositions possibles. Utile dans une équipe ou il ne devrait pas disposer de la plus grande proximité avec son jungle.

BOTLANE : Patrik « Patrik » Jírů

Excel a très logiquement renouvelé sa confiance envers Patrik, élu meilleur joueur européen à son poste par ses pairs lors du Summer Split malgré la septième place de sa formation. Un témoignage de ses qualités et de son importance dans une équipe ou il a souvent dû faire tout le travail seul. Il fut la seule réelle satisfaction de la saison passée. Joueur mécaniquement prodigieux et au placement des plus intelligents, son alchimie avec son support s’est grandement améliorée au fil du split et cela s’est ressenti. La saison passée, toutes les ressources étaient investies pour lui et il semblerait que le recrutement aient été pensé pour continuer dans ce sens. Il sera, à n’en pas douter, le carry de cette équipe et la réussite du roster dépendra en partie de sa capacité à faire la différence.

SUPPORT : Tore Hoel « Tore » Eilertsen

Excel aura donc décidé de conserver sa botlane à l’identique cette saison. Tore (anciennement Norskeren) est un support très expérimenté qui a notamment connu un quart de finale des Worlds avec Splyce en 2019. Il n’est pas particulièrement réputé pour ses prouesses individuelles mais c’est un joueur solide qui offre des garantis de performances. Il est également largement apprécié pour ses capacités de leadership au sein de l’équipe et sera probablement le shotcaller de l’équipe. La saison passée, il n’a pas accordé énormément d’importance à la proximité avec son midlaner et s’est surtout concentré sur le fait d’aider Patrik, cela sera sûrement à nouveau le cas cette saison.

OPINION : Comme la saison passée, il semblerait que les performances d’Excel seront sujettes à celles de Patrik. Néanmoins, l’équipe s’est grandement renforcée en midlane. Special était en grande difficulté la saison passée et Czekolad est réputé comme un joueur capable de bien plus d’autonomie. Le renouvellement de Kryze est plus surprenant tant il a semblé en difficulté la saison passé. Dans un mercato qui a vu beaucoup de mouvements en toplane, il était un des joueurs que je ne voyais pas rester en LEC cette saison. Il fait probablement partie des toplaners les plus faible de la ligue sur le papier. Dan est une inconnue et la capacité de l’équipe à accrocher les playoffs dépendra énormément de son niveau de jeu. Personnellement, j’ai beaucoup de mal à imaginer ce roster fonctionner à un très haut niveau. Dan est selon moi le plus mauvais jungle de la ligue cette saison et son recrutement semble augurer de nouveau un style qui manque de saveur pour l’équipe britannique. Il leur faudra prendre leurs repères rapidement s’ils ne veulent pas joueur les derniers rôles car il y à des limites à ce que Patrik peut accomplir.

Frappii, le nouveau tsar

Le 19 décembre dernier, Unicorns Of Love a annoncé l’arrivée du français Antonio « Frappii » Botezatu au poste d’AD Carry. Un choix audacieux pour l’ancien joueur de MCES et Team Oplon mais qui prend sens dans le contexte actuel dans lequel le regard des ligues majeures vers les ligues mineures semble s’adoucir.

L’équipe Unicorns Of Love (UOL) lors des Worlds 2020. L’équipe russe avait réussi à s’extirper des play-in.

L’annonce en aura surpris plus d’un, déjà car elle entérine le départ de Gadget pourtant excellent lors des Worlds 2020 mais également car Frappii effectue le grand écart, lui qui est un habitué de la scène francophone depuis plusieurs années déjà. A l’issue d’un split complexe chez MCES ( dernier de LFL), Frappii se tourne donc vers la Russie où il rejoint son compatriote Jean-Pierre « Toucan Celeste » Giaccone qui a probablement plébiscité son arrivée. Son arrivée chez Unicorns Of Love est un pari pour lui, une opportunité de ne pas se perdre dans les ligues régionales européennes surchargées en talents et d’engranger de l’expérience, probablement au plus haut niveau. Ce choix est justifié par la tendance croissante des ligues majeures à regarder hors de leurs ligues régionales pour effectuer leurs recrutements. Si la TCL (Turquie) semble être la ligue mineure la plus observée pour le moment, la bonne performance d’UOL aux Worlds 2020 en aura probablement fait réfléchir plus d’un.

Blue, HiRit, Armut ou même Luger, ces noms vous sont peut être encore inconnus mais ils ont en commun d’avoir profité du mercato pour effectuer la transition entre la TCL et une ligue majeure (LEC ou LCS). Gadget, le prédécesseur de Frappii semble prendre la direction de mousesports, une équipe majeure de la ligue allemande. En rejoignant UOL, Frappii a de grandes chances de remporter le CIS et de se qualifier pour les Worlds. Il pourrait profiter ainsi d’une mise en avant qu’il n’aurait probablement pas pu avoir en rester cantonné aux équipes francophones.

Et cette mise en exposition des ligues mineures ne se cantonnent pas à l’Europe, les équipes nord-américaines sont allées piocher dans les équipes de LLA (Amérique latine) et les récents changements qu’a connue la région Océanique a vu une exode massive de ses joueurs vers les LCS. Les mouvements intrarégionaux ne sont plus seulement des importations de coréens au bord de la retraite mais désormais des investissements sur des jeunes joueurs à fort potentiel. Frappii rentre donc dans ce moule et rejoint l’organisation la plus imposante de Russie. Avec son arrivée, l’équipe récupère un joueur qui a des similarités avec Gadget, qui n’a pas peur de sortir de la méta en jouant des mages. Il ne devrait pas donc pas perturber les automatismes déjà en place et l’équipe devrait pouvoir continuer sur sa lancée. Dans tout ça, Frappii va prendre de l’expérience, va sûrement pouvoir s’exposer aux yeux du monde et se faire un nom loin des ligues européennes ou la profusion de talents aurait pu le rendre invisible, désormais, on risque de le voir Frappii.

LEC 2021 : Vitality doit apprendre à faire sans son taulier

L’écurie française a confirmé le départ de son joueur historique Cabochard. Pour le remplacer, la ruche va s’appuyer sur un rookie prometteur de 19 ans, Mathias « Szygenda » Jensen. Vitality confirme le reste de son roster, espérant sûrement profiter du bon état de forme entrevu en fin de saison dernière.

TOPLANE : Mathias « Szygenda  » Jensen

Szygenda est donc la seule nouveauté de ce roster Vitality. Il sort d’une saison prolifique avec AGO Rogue ou il a remporté l’Ultraliga et les European Masters. C’est un joueur de très bonne réputation, réputé comme étant le meilleur toplaner européen hors des LEC. Il semble très polyvalent, capable de joueur le weakside comme le strongside. C’est un très gros transfert pour Vitality car il y à beaucoup de hype dans la communauté autour de Szygenda. Mais si Szygenda est tout ce qu’on dit qu’il est, il s’imposera sûrement comme un des meilleurs toplaners de la ligue, qui semble ne manquer cruellement par moment.

JUNGLE : Ducaun  » Skeanz » Marquet

Skeanz est un des joueurs qui a été le moins épargné par les problèmes de Vitality la saison passée. Les changements de midlaners, de support et son passage en LFL ont rendu sa saison de rookie étriquée et inconsistante. Mais maintenant que la situation semble s’être apaisée et qu’on assiste à un retour à la normal, c’est à lui de prouver qu’il mérite la confiance qui lui a été renouvelée. Il possède le talent et les qualités pour briller sans aucun doute.

MIDLANE : Aljoša «  Milica  » Kovandžić 

Arrivé en cours de saison, Milica a connu une année de rookie discrète. Il lui a fallu oublier ses galères de visa et prendre en route un train sur le point de dérailler. Mais au prix de performances solides, Milica a su montrer de belles choses. Malheureusement, la situation générale de l’équipe n’a pas permis sa mise en avant mais il a été possible de ressentir plusieurs moments de brillances chez le jeune serbe, notamment en fin de saison. Très confortable sur Orianna et Corki notamment, il aura à cœur de prouver son potentiel en 2021.

BOTLANE : Markos « Comp » Stamkopoulos

Comp est probablement le joueur autour duquel Vitality devrait jouer. La botlane de Vitality a été son point fort lors du Summer Split. L’association grecque qu’il forme avec son support a montré son potentiel et n’a cessé de progresser au fil du split. Il fait partie de cette nouvelle génération redoutable d’ADC qui prend le contrôle de la LEC. Impressionnant en teamfight et capable de prouesses mécaniques, Comp a tout pour faire passer l’équipe à un autre niveau. Un peu timide lors du Spring Split, son jeu s’est affirmé et l’alchimie naturelle qu’il entretient avec Labrov sera sans douter le point fort de l’équipe.

SUPPORT : Labros « Labrov » Papoutsakis

Le comparse de Comp a réussi son entrée dans la grande ligue. Il est probablement la plus grande satisfaction de la saison passée pour Vitality. Elu meilleur rookie du split, il n’a pas volé cette récompense. Omniprésent en phase de lane, il est un de ces supports qui créent beaucoup d’opportunités par ces déplacements sur la map. Il offre une excellente garantie en terme de playmaking et de justesse mécanique. La réputation de son Bard et de son Tresh le précède, nul doute qu’il faudra compter sur lui comme l’un des meilleurs supports de la ligue la saison prochaine.

OPINION : Vitality a bien fini sa saison en 2020. Si les résultats n’étaient pas ceux escomptés, la manière et le niveau de jeu ont semblé en très net progrès. En gardant la majorité de son effectif, Vitality compte sûrement s’appuyer sur ce momentum pour continuer de progresser. Le remplacement de Cabochard fait sens car le joueur français n’a pas semblé au mieux ces dernières saisons. Néanmoins, il faudra combler cette présence et son importance dans la prise de décision de l’équipe. C’est un roster jeune et encore relativement inexpérimenté qui va devoir s’attaquer à l’Europe et rapidement reprendre ces marques sans leader affirmé ou apparent. Néanmoins, si les joueurs maintiennent leur forme passée et que Szygenda évolue au niveau qu’on lui connait, cette équipe devrait au minimum accrocher les playoffs. Il leur appartient de contredire le proverbe « Abeilles sans reine, ruche perdue. »

Nisqy : l’altruiste

Conformément aux rumeurs qui circulent depuis quelques temps, Nisqy est le nouveau midlaner de Fnatic pour la saison 2021. Un retour en Europe pour le joueur belgo-turc dans un contexte compliqué pour l’écurie orange et noire. Si son arrivée suscite l’inquiétude des fans, il est probablement le joueur dont Fnatic a besoin.

Yasin « Nisqy » Dinçer, nouvelle recrue de Fnatic

C’est un mercato mouvementé du côté de Fnatic, le départ de Rekkles a fait couler beaucoup d’encres et les nouveaux renforts de l’organisation seront scrutés par des supporters en quête de faux pas. Il faut dire que les relations entre les fans et le management de Fnatic sont tendues depuis que Rekkles a rejoint G2 Esports. Si le remplaçant du suédois (probablement Upset) aura de larges souliers à chausser, Nisqy aura probablement forte à faire aussi. Malheureusement pour lui, son arrivée n’est pas très bien vécue par les supporters qui attendaient Perkz (finalement transféré chez Cloud9). Mais Nisqy n’est pas un choix de seconde zone, si son gameplay est sûrement moins exaltant que ceux d’autres joueurs, il brille par un style de jeu altruiste qui permet de mettre ses coéquipiers dans les meilleures dispositions possibles. C’est cet aspect altruiste qui fait souvent oublier aux fans à quel point Nisqy est doué mécaniquement. Mais je suis prêt à parier que les fans oublieront rapidement leurs inquiétudes initiales car Nisqy est exactement ce dont Fnatic a besoin pour briller.

Il semble évident que Nemesis a connu quelques difficultés la saison passée. Son problème principal était celui de la flexibilité. Lorsque Fnatic a remplacé Broxah par Selfmade, l’équipe a complètement changé de style de jeu. D’un coup, il a fallu que les solo-laners de Fnatic jouent pour leur jungle et cela a demandé une adaptation de style que Nemesis n’a pas su opérer. Il a été en difficulté toute la saison, son champion pool habituel ne fonctionnait pas et il est apparu comme un poids pour son équipe particulièrement aux Worlds ou la différence de niveau de jeu était criante.

Après une saison chez Splyce, Nisqy signe chez Cloud9 ou il remporte un split et est élu une fois meilleur midlaner de la ligue nord-américaine.

C’est par ce que Fnatic a l’intention de garder ce style de jeu que Nisqy est le joueur parfait. Il va jouer pour Selfmade et il sait le faire. Il a le champion pool qui va avec, c’est son style de jeu et il a déjà brillé en le faisant. Il va juste falloir que les fans de Fnatic lui laissent un peu de temps et une marge d’erreur suffisante car pour le moment il semble qu’ils soient prêts à se jeter sur lui à la moindre erreur. Comme BrokenBlade, il arrive des LCS ce qui laisse toujours les fans européens dubitatifs. Personnellement, j’ai une grande confiance en Nisqy et je pense réellement qu’il est une des meilleures possibilités pour Fnatic. Il n’est peut être pas meilleur mécaniquement que Nemesis mais son style s’intègre à merveille dans le collectif. De plus, il est un joueur humainement apprécié par tous, il a la réputation d’être un excellent coéquipier ce qui compte énormément, surtout dans un groupe qui semble quelques peu sous tensions. Je suis intimement persuadé qu’à la fin de la saison, les craintes et doutes des fans seront oubliés et G2 Esports pourra recruter Selfmade tranquillement pour continuer la boucle