Interview : Solary Supernova

J’ai eu le plaisir de discuter avec Supernova, le coach de la toute nouvelle équipe académique de Solary. Un peu moins de deux semaines avant la reprise de la compétition c’est une bonne occasion de faire un état des lieux et de découvrir un peu plus le coach champion en titre de la deuxième division française de League of Legends.

« J’aimerais commencer par retracer un petit historique, t’es apparu l’année dernière avec Bastille Legacy en division 2 »

En réalité j’ai commencé un peu plus tôt que ça, 6 ou 7 moi pour être précis. J’ai commencé sur l’Open Tour où je m’occupais d’Omerix, structure par laquelle sont passés des joueurs comme Eyliph ou Jezu. A la base, je devais faire mon année chez eux mais j’ai été contacté par Eternity (manager Gamers Origin ex-Bastille Legacy) en janvier par ce qu’il lui fallait un coach, j’ai passé des tryouts et j’ai commencé mon aventure avec Bastille Legacy.

« Finalement, Team BDS récupère le slot et le roster de Bastille Legacy, toi avec, et l’année se passe bien en termes de résultat »

Ça se passe bien, l’année était divisée en deux splits, y’a eu deux trois modifications de calendrier et finalement on est devenu BDS juste avant la période des Underdogs.

« L’équipe se qualifie en LFL mais tu ne fais plus partie de l’aventure, est-ce que c’est toi qui ne voulais pas ou est-ce que l’équipe a simplement pris une autre direction ? »

Les deux sont vrais en fait. BDS a pris une direction pour laquelle moi je ne me sentais pas spécialement prêt, c’est-à-dire que BDS voulait vraiment être compétitif, l’organisation voulait recruter une grosse équipe pour viser la performance aux EU Masters. Ma volonté était de devenir assistant-coach de l’équipe mais ça n’a pas pu se faire et je me suis mis en recherche d’une équipe qui correspondait à mes objectifs. »

« Du coup Solary lance son projet d’équipe académique, comment tu t’es retrouvé impliqué ? Comment s’est passée l’approche avec eux ? »

J’ai eu quelques discussions avec les responsables du projet, d’abord avec Chap puis Taipouz et Caelan puis ça s’est fait assez rapidement. Au début Caelan devait avoir la charge du projet et au fil des discussions ils ont décidé de me laisser une plus grosse marge de manœuvre, voilà en quelques mots comment ça s’est fait.

« Ils ont pris Badlulu de prime abord puis il y a eu les tryouts pour le reste du roster, à quel point tu as été impliqué dans les choix ? »

Il faut savoir que j’ai été en tryouts au même moment, ça veut dire que j’ai eu le droit de donner mon avis sur les joueurs mais les décisions finales ne m’appartenaient pas. Comme je suis arrivé un peu tard, j’ai eu mon mot à dire sur les choix de jungle, d’ADC et de support. Leur choix s’était déjà porté sur Badlulu et Odin à ce moment-là mais je suis très heureux du roster que j’ai à disposition.

« Avant l’interview tu m’as un peu parlé de relationnel avec l’équipe première, comment ça se passe avec Samchaka qui comment à être un coach très expérimenté de la scène ? »

Ça faisait partie de mes envies que dans un projet académique, les joueurs puissent évoluer aux cotés de la line up LFL, que des choses soient organisées entre les deux, qu’il y ait un vrai relationnel. Sam et moi on se connaissait que de vue mais on a commencé à discuter et ça se passe bien entre nous. La bonne entente entre les rosters ça facilite une ambiance de travail saine dont les deux équipes sauront profiter sur le long terme.

Roster 2021 de la Solary Academy qui participera à la Division 2 de LFL

« Finalement, à part iWa qui a joué au FC Nantes la saison dernière, tu récupères une équipe de rookies, comment tu prépares des joueurs à un nouveau de compétition, quelle est ta patte ? »

Ma conception personnelle de la place de coach c’est de comprendre que tu as un groupe de cinq êtres humains et qu’il faut créer la meilleure équipe possible. A partir de là, j’axe énormément mon coaching sur l’équipe, aider les joueurs à se comprendre que ce soit dans le jeu ou hors du jeu. La synergie et l’entente sont les éléments les plus importants pour moi. Il y a toujours des problématiques à régler mais ce qui m’importe c’est quelles sont les solutions que l’on peut trouver en fonction de son équipe et avec son équipe.

« Est-ce que les premières semaines d’entrainement ont permis de dégager un leader naturel de l’équipe ? »

Quand j’étais chez Bastille Legacy, Veignorem était celui qui communiquait énormément mais là tout le monde peut faire des calls, tous les joueurs ont leur mot à dire. Ce qui est important c’est que ce sont des rookies donc ils ont le droit à une marge d’erreur, lorsqu’une décision est prise par l’équipe c’est plus simple d’en discuter après, est ce que c’était le bon call ? Est-ce qu’on pouvait faire mieux ? Plus safe ? iWa fait beaucoup sur la fin de la phase de lane puis tout le monde propose ses idées. 

« Qui dit nouvelle année, dit nouvelle saison pour le jeu, est-ce qu’il y a des changements notables en saison 11 vis-à-vis de la saison 10 ? »

Le plus gros changement ce sont les nouveaux items mais ce n’est pas aussi important que lorsqu’il y a des changements sur la carte. Si tu veux, quand on change la carte, toutes les stratégies changent. Les changements ne sont pas aussi radicaux lorsque ce sont les items qui se renouvèlent, l’adaptation est beaucoup plus rapide. Après, il y a toujours un moment ou quelqu’un apportera quelque chose de nouveau grâce aux changements d’items et ça peut toujours jouer sur la méta. Sinon on voit bien qu’au niveau des champions il n’y a pas eu de gros bouleversements, il y aura toujours de la Nidalee, du Graves, du Jhin mais il y a quelques champions comme Olaf ou Aatrox qui vont un peu revenir grâce aux nouveaux items.

« D’ailleurs, en tant que coach est ce qu’il y a des équipes vers lesquelles tu te tournes spécifiquement pour observer la méta ? »

Pas vraiment, j’essaye d’avoir un œil partout pour proposer le plus de possibilités aux joueurs. La saison passée, on était très axé sur le scalling donc on avait forcément un regard plus attentif sur la ligue coréenne mais là il y à d’autres idées de jeu chez Solary. On reste en deuxième divsion donc les mécanismes de reproduction sont limités par la différence de niveau de jeu.

La deuxième division de la LFL débutera le 25 janvier.

« En parlant de la division, tu enchaines une deuxième saison à ce niveau de compétition, comment tu perçois l’évolution de la ligue au vu des rosters annoncés ? »

Je la trouve très bonne l’évolution. Déjà, on a réussi à trouver deux nouvelles équipes pour rejoindre la ligue, ça en dit long sur la qualité de l’écosystème français. La saison passée, il y avait des vrais écarts de niveau de jeu entre les équipes mais là je pense que toutes les équipes ont su attirer des bons joueurs. La ligue progresse bien, de l’Open Tour à la LFL, on sent que ça se professionnalise à tous les échelons. Pour moi, la ligue va dans le bon sens, il faut juste espérer que la situation sanitaire s’éternise pas trop par ce que les lans sont importantes dans l’écosystème français.

« Finalement, la saison dernière tu as dominé ton sujet avec Bastille Legacy et BDS, il y a eu des games plus impressionnantes que d’autres mais globalement vous avez maitrisé la ligue, est ce que tu appréhendes un peu les premières difficultés ? »

Pas du tout, ce n’est pas le même projet du tout. Chez BTL et BDS, l’objectif était sportif, on voulait se qualifier en LFL et il fallait être premier des équipes non académiques. Finalement on a pris une longueur d’avance et tout s’est bien passé. Solary Academy ce n’est pas la même idée du tout, il n’y a pas de pressions liées à un objectif de performance. Le projet c’est de former des jeunes, de les aider à s’améliorer. On veut montrer ce dont les joueurs sont capables mais ce sont des rookies et développer un bon jeu d’équipe va prendre du temps, ce sont des automatismes qu’ils n’ont pas encore car ils n’ont pas encore beaucoup d’expérience. Chez Bastille Legacy, on a connu des débuts compliqués l’année dernière avec deux games un peu catastrophique. Mais on a rebondi et on a enchaîné huit victoires d’affilée, c’est par ce qu’on a mis un mois à se trouver, à devenir une équipe et c’est le travail que je veux faire avec Solary Academy, créer une équipe. C’est la progression de mes joueurs qui me donnera le sens que j’ai rempli ma mission et fais un bon travail, pas tant les résultats.

« Et pour finir, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter ? Est-ce que t’as un dernier mot ? »

Je prends les choses comme elles viennent, je travaille pour progresser et dans le futur évidemment que j’aimerais aller coacher aux échelons supérieurs mais je suis concentré sur Solary Academy pour le moment. Je souhaite le meilleur pour mes joueurs et pour mes anciens joueurs, Otcomalus, Azra, Chreak, Jaylink, Veignorem, Zenoz ainsi que mes anciens collègues Mew, Lyrith, Eternity, Shac Nicholson. C’est à eux que je souhaite du bien avant tout.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s